Thursday, August 18, 2016

Depuis Venise...

Une jolie fin d'hiver à Sofia, suivi d'un début de printemps lent à démarrer. Puis un séjour à Londres, familial, chaleureux et amical. Les promenades en bus, la Tate, Saatche et le V&A. Aimé me perdre dans Soho que je n'avais pas visité depuis des siècles. Et enfin un bus de Londres à Paris pour attraper  l'unique train vers Dax. Pourquoi est ce que je voyage toujours en période de grèves SNCF ?

La mise en route de ma maison abandonnée depuis six mois, quelques travaux et règlements de factures douloureux.

Et me voilà prête pour les vacances des uns et des autres.

Le projet actuel est l'écriture d'un roman-de-sorcière, commande de ma précieuse C. Qui aura neuf ans en octobre. Nous en sommes au chapitre 5 sur 10 que comptera le livre.

Monday, April 11, 2016

Venise, Venice, Venezia

Depuis que l'an passé, à soixante douze ans, j'ai découvert Venise, je n'en suis pas remise. La Sérénissime est devenue une obsession. Pas un jour ne passe sans que j'y retourne, en pensée, en lecture ou même en rêve. Et si je tente d'analyser ce coup de foudre, ce coup de coeur, je reste paralysée devant l'écran de mon ordinateur.

Une amie m'a offert ce cadeau et cette année je l'ai transmis à mes filles chéries. Nous nous sommes retrouvées dans une location à Castello. Pendant cinq jours nous avons arpenté et dégusté les lieux. Presque au hasard. Nous avons su oublier et surtout éviter nos frères les touristes. C'est une fratrie dont je peux aisément me passer. Je n'ai jamais été une touriste dans l'âme. Je voyage. Plutôt en solitaire comme le chante si bien Gérard Manset. Pour ma part, j'aime aller d'un point à un autre, le plus lentement possible, puis vivre normalement. Marcher, me perdre, utiliser les transports en commun et à l'occasion visiter un monument. En ressortir et avant de rentrer au logis, acheter une botte de poireaux ou quelques denrées mystérieuses selon le pays où je me trouve.

Donc, cette année au lieu d'arriver par la voie des airs, je suis venue à pas lents, au rythme d'un car Eurolines en provenance de Paris. Un bonheur. Par forcément esthétique car de Milan à Venise le paysage n'a rien d'enthousiasmant. Mais je l'ai vu. Malheureusement je n'ai pu rentrer à Sofia par la route. Les dates n'étaient pas favorables. Ce sera pour l'an prochain.

Revenons à Venise, il est évident que San Marco se traverse au petit matin. J'aurais adoré m'y promener tard le soir en sortant mon chien.
Il convient également de s'y rendre après le carnaval, à la fin de l'hiver ou à l'orée du printemps. Il m'est arrivé de ramasser au sol quelques confettis oubliés par les équipes de nettoyage.

Il n'y a pas que Venise. Torcello, Burano et même Murano, malgré les horreurs exposées à tous les coins de rue. Il me reste tant à savourer... J'espère vivre assez longtemps pour m'offrir ce paradis intemporel de nombreuses fois encore.

Wednesday, January 27, 2016

Blogging. C'est un exercice d'écriture. Destiné à être publié.

Disons plutôt à être partagé. Ce n'est pas censé être un plaisir solitaire. Et pourtant...

Le ou les lecteurs éventuels y cherchent des réponses, des renseignements, des images, des idées, des trucs et autres recettes.  Des deux côtés de la barrière chacun y trouve son compte. Le blogger s'exprime sans trop s'exposer, tant la diffusion reste limitée. Le lecteur pense avoir accidentellement trouvé une pépite, surtout s'il ne connaît pas personnellement l'auteur.

L'idée principale semble vraiment être celle du partage. Sinon il suffirait de remplir des cahiers à la main. Rien à voir avec un journal. Ce dernier peut être informatisé mais pas publié.
Comment partager son blog ? Avec qui le partager ?

Personnellement je veux bien que mon ou mes blogs soient lus et commentés mais je ne suis pas prête à rechercher des lecteurs. Quelques mots clés me suffisent. Le hasard fera le reste. Et pourtant j'aimerais beaucoup discuter avec d'éventuels lecteurs. C'est ainsi que j'ai rencontré deux ou trois personnes. Un bonheur.

Blogger chaque jour c'est une discipline et je ne suis pas disciplinée.
Blogger, pour moi correspond à un coup de cœur.

Parfois je suis prête à m'exprimer et je ne retrouve plus mon mot de passe... Les mois s'enfuient avant que je ne revienne gratter à la porte.

Wednesday, March 11, 2015

SHAPUR 1... Dans mes rêves...







Cette nuit j'ai rêvé du roi Shapur 1, souverain sassanide, second de la dynastie, parfois appelé Shapur Le Grand. En fait, rien d'étonnant à cela car avant de sombrer dans le sommeil j'écoutais une émission de radio consacrée à l'histoire pré-islamique. La plupart du temps mes rêves sont pilotés par ce que je lis, écoute ou regarde avant de plonger dans la nuit dite réparatrice. Shapour ? Chapour ? Shapur ? Souvenirs lointains des années Langues'O. Cela doit en faire une cinquantaine. il y a prescription.

Quelques recherches s'imposent. En 2001 on apprend l'existence d'un relief sassanide au nord-est de l'Afghanistan, à quelques kilomètres de Pul-i Khumri (à vos cartes). Le site était connu des locaux sous le nom de Rag-i Bibi.

Il s'agit d'une scène de chasse pour le moins étonnante. je ne souhaite pas raconter ici les détails de mon rêve mais cet événement y figurait en bonne place.

Manguier, fleurs de mangue, un cavalier vêtu à la mode sassanide, cheval harnaché de même, plus un rhinocéros. Le compagnon de Shapur, car c'est bien le roi sassanide, semble être kouchane (re-google). Point de manguier,  point de rhinocéros en Afghanistan... La dynastie sassanide est persane et  les kouchanes viennent plutôt du nord de l'Inde. Troi éléments qui se réfèrent au monde indien sur lequel Shapur semble vouloir étendre sa domination.

Shapur Le Grand, dans toute sa splendeur.









On remarquera d'après les photographies qu'il faut être spécialiste pour lire et décrypter un tel relief. Merci M. Frantz Grenet.

Si ce monarque a passé le plus clair de son temps à guerroyer contre les romains il a néanmoins laissé une réputation de bâtisseur. Bichapour, par exemple (re-google). A noter toutefois qu'il a détruit Antioche de fond en comble. Et ausssi Hatra et Doura Europos, lesquelles n'ont jamais été reconstruites (256).

Voilà ma curiosité immédiate satisfaite et une porte ouverte sur d'autres lectures.

Monday, March 2, 2015

On the 1st of March I have been given " maternitsis ", plural of the Bulgarian word " maternitsa " . And instead of saying : " Dober Den " to greet family and friends I used the joyful " chestita Baba Marta ".



These charming symbols of Spring come in all shapes ans sizes, from a couple of cotton strands to lovely small dolls, all in red and white.

They are supposed to be worn from today till you either see a stork ( fat chance where I live in Sofia ) or a fruit tree in blossom. Then you hang them on the tree branches to bring luck and prosperity to the household.

It is also related to the founding of the Bulgarian state in 681, after bloody battles against the Ottoman armies.




Aujourd'hui, 1er mars, l'on m'a offert quelques " maternitsis ", pluriel du mot bulgare " maternitsa ". Au lieu d'employer l'habituel " Dober Den " pour saluer famille et amis, il convient de se souhaiter un  joyeux " chestita Baba Marta ".

Ce sont d'adorables petites amulettes, bracelets, pompons et poupées en fils de coton blanc et rouge.

On doit les porter jusqu'à l'apparition d'une cigogne ( il y a peu de chance d'en voir là où je vis à Sofia ) ou encore un arbre fruitier en fleurs. Alors on accroche les " maternitsis " aux branches pour attirer chance et prospérité à la maisonnée.

Cette coutume est également liée à la fondation de l'Etat bulgare en 681 suite aux sanglantes batailles contre les armées ottomanes.


Saturday, April 20, 2013

QUATRE AMOURS


Quatre Amours du temps des Han, des Tang, des Yuan et des Qing.

traduction du chinois par Huang San et Lionel Epstein (ed.You Feng, 2012)

... La disparate de ce recueil déconcertera ou réjouira selon les tempéraments. Les traducteurs ont souhaité une manièrez de jeu des quatre coins, quatre aspects bien contrastés de la littérature amoureuse chinoise, un parcours au travers des époques, des moeurs, des styles... Ainsi trouvera-t-on la biographie des fameuses soeurs jumellesFeiyan et Hede, des Han; une joute galante, ardente, des Tang; le destin lamentable de deux amants des Yuan; des écoliers peu sages des Qing. Des textes peu connus, curieux, et toujours une constante: la violence fatale de l'amour...

C'est ce livre offert par un ami très cher, et que j'ai choisi de prendre pour passer le temps lorsqu'il a fallu retourner à l'hôpital il y a une dizaine de jours. J'estime qu'amour et érotisme font d'ordinaire bon ménage, du moins en littérature. Mais l'été dernier "Fifty Shades of Grey" m'est tombé des mains dès la page 24 ou 25. Il ne s'agissait là ni d'amour ni même d'érotisme. Mal écrit qui plus est. Notez que je ne compare pas les deux ouvrages. C'est seulement une réflexion en passant.

En route donc pour un voyage dans le temps et dans l'Empire du Milieu.

I   - Biographie officieuse de Zhao Feiyan par le (duwei) Ling Xuan du Jiangdong.

II  -Errance aux grottes des Immortelles, par Zhang Zhuo

III -Le Brûle-parfum, par Song Meitong

IV - Erotique élémentaire, par Han Qujing






Je suis à présent dans la grotte des Immortelles. Très exactement page 57 du livre. Je me délecte. Non pas forcément du texte traduit mais surtout des notes qui m'aident à me retrouver dans la complexité chinoise.Et même si je pense être quelque peu familiarisée à ce monde par quelques années de vie en République de Chine dite populaire je suis ignorantissima en matière de littérature, histoire etc.

Donc ces notes ma ravissent.

Je ne saurais trop conseiller cette lecture. Tranquillement comme on déguste un mets rare et raffiné.

Friday, April 19, 2013

DE RETOUR... BACK...



Presque une année de silence. Il y a une semaine que je tente désespérément de me connecter. Entre autres problèmes j'avais perdu le mot de passe (c'est une habitude chez moi). Divers événements m'ont écartée de mon précieux ordinateur depuis juin l'an passé. Il y aurait tant à écrire. Aujourd'hui, je vais me contenter d'admirer la page blanche.


A whole year far from my blog. And now after a week I finally manage to connect. Lost password and other problems kept me away.There is so much to write about. But to-day I'm just going to look with ravishment at the blank page